SANTÉ

Lutte contre le moustique tigre : supprimer, protéger ou traiter les eaux stagnantes

Originaire d’Asie, d’Afrique, d’Amérique et de l’océan Indien, le moustique tigre a été découvert en France en 2004, à Menton. Vecteur de transmission de la dengue, du chikungunya ou du virus Zika, il fait l’objet d’une surveillance renforcée et de mesures visant à limiter sa prolifération.
Lutte contre le moustique tigre : supprimer, protéger ou traiter les eaux stagnantes

 

En piquant au hasard, le moustique tigre transporte des maladies d’une personne à une autre. Il n’est donc pas seulement gênant comme un moustique « traditionnel », il peut également être dangereux pour la santé.

Un plan de prévention sur 4 ans
Implanté et actif dans les Hauts-de-Seine, comme dans près de la moitié des départements français, depuis quelques années, le moustique tigre est aussi présent à La Garenne.
Pour faire face à ce désagréable envahisseur, la Ville, en complément d’actions de surveillance, de sensibilisation et de veille citoyenne développées par le Département, a de son côté mis en place un plan de prévention depuis 2021, pour une durée de 4 ans, reposant sur les points suivants :

  • Étude avec la surveillance du moustique tigre.
  • Lutte éducative: par la sensibilisation de chaque citoyen afin d’encourager le traitement de son jardin, de son balcon…
  • Lutte physique: installation de 10 pièges antimoustiques (5 en 2020 et 5 en 2021), vérification de l’ensemble de ses sites pouvant être un gîte larvaire et mise à disposition de sable dans le cimetière communal pour les pots et jardinières des tombes.
  • Lutte biologique: au niveau de certains sites de gîtes larvaires dont le recensement avait été fait en 2020 lors de la précédente étude.

À travers ce plan, la Ville traite ses sites et met en place des actions de lutte contre ce moustique. Néanmoins, cette stratégie peut s’avérer insuffisante sans le traitement des espaces privés.

 

Participer à la lutte

Aussi, les Garennois sont invités à agir contre ce moustique tigre. Par la même occasion, ils lutteront contre les autres moustiques qui viennent leur gâcher leurs soirées ou leurs nuits. Dès le mois d’avril, il faut inspecter son jardin ou sa terrasse, notamment toutes les eaux stagnantes dans lesquels les moustiques viennent pondre :

  • Matériels de jardins, jouets, tout réceptacle extérieur susceptible de retenir de l’eau en cas de pluie ou d’arrosage : pour supprimer ces gîtes potentiels pour le moustique tigre, mettez les objets à l’envers ou stockez-les à l’abri. Pour certains (poubelles de jardin, bacs, etc.), vous pouvez les percer afin de permettre à l’eau de s’écouler. Pensez à tendre vos bâches pour éviter la formation de poches d’eau. Attention aux pots entassés et stockés les uns dans les autres. Parmi les pots que l’on pense être troués, certains sont étanches et peuvent retenir l’eau de pluie, le moustique les trouvera. Vérifier ces objets une fois par semaine et systématiquement après chaque pluie.
  • Réserves d’eaux (cuves, bidons, réceptacles pour l’arrosage) : couvrez les réserves d’eau avec une moustiquaire ou du tissu fin en veillant à ne laisser aucun trou (les moustiques ne doivent pas pouvoir accéder à l’eau). Vérifiez que le moustique ne puisse se faufiler pour atteindre l’eau et que le voile de protection ne trempe pas dans l’eau (si besoin, entourez le réservoir avec un élastique). La moustiquaire doit servir de filtre, à défaut, le moustique pourrait emprunter le même cheminement que l’eau pour atteindre le réceptacle. Attention: la plupart des réserves d’eau vendues dans le commerce ne sont pas hermétiques. La présence de couvercle ne suffit pas à empêcher le moustique d’y pénétrer (il est très petit).
  • Terrasses sur plots : en cas de stagnation d’eau sous les dalles de la terrasse, pompez l’eau à l’aide d’un aspirateur à eau ou traitez régulièrement l’eau à l’aide de produits anti-larvaires agréés (à défaut, vous pouvez utiliser du chlore ou étendre du sable ou des cailloux).
  • Soucoupes de pots de fleurs et vases : mettez du sable humide dans la soucoupe autour de la base du pot ou dans le vase: la plante profitera de l’humidité sans que le moustique puisse se reproduire. Pensez à retourner les soucoupes et les vases non utilisés.
  • Siphons de sol : percez les siphons ou réalisez une encoche au centre lorsqu’ils sont reliés au réseau pluvial et qu’il n’y a pas de risque de remontées de mauvaises odeurs. Sinon, vous pouvez les purger régulièrement à l’aide d’un jet d’eau (une fois par semaine entre mai et octobre) voire traiter régulièrement à l’aide de chlore.
  • Pieds de parasols : videz régulièrement les colonnes des pieds de parasol qui se remplissent d’eau de pluie ou d’arrosage. Lorsqu’ils sont alourdis par l’eau, surveillez que les bouchons de protection du socle restent bien en place. À défaut, bouchez l’accès à l’eau avec du tissu ou une moustiquaire.
  • Gouttières, rigoles, regards d’évacuation : nettoyez-les très régulièrement pour éviter les obstructions (terre, feuillage, etc.) et systématiquement après chaque pluie et après la chute des feuilles. Assurez-vous du bon écoulement des eaux.
  • Piscines, fontaines : entretenez-les régulièrement. Bâchez-les (mais évacuez l’eau retenue par les bâches) ou videz-les.
  • Bassin d’agrément : entretenez-les régulièrement. Introduisez-y des poissons rouges, friands de larves.

En empêchant l’accès aux différentes eaux stagnantes, on les empêche par là même de se reproduire, et donc de proliférer.

Comment reconnaître un moustique tigre et s’en protéger?

Plus petit qu’une pièce de 1 centime, le moustique tigre présente une silhouette noire avec des rayures blanches sur l’abdomen et les pattes, d’où son nom. Contrairement aux autres espèces de moustiques, il pique la journée et non pas la nuit. Le moustique tigre vit au plus proche des hommes et se déplace peu. D’une durée de vie d’un mois, il peut pondre jusqu’à 800 œufs. Il se développe dans de petites quantités d’eau comme dans les soucoupes de pots de fleurs ou tout récipient contenant de l’eau stagnante.

 

Voici quelques conseils pour s’en protéger :

  • Appliquer sur sa peau des produits antimoustiques, surtout la journée (demander conseil à son médecin ou à son pharmacien avant toute utilisation, surtout en ce qui concerne les enfants et les femmes enceintes).
  • Porter des vêtements couvrants et amples. Les bébés peuvent dormir sous une moustiquaire imprégnée.
  • Utiliser des diffuseurs d’insecticides à l’intérieur et des serpentins à l’extérieur.
  • Au besoin allumer la climatisation si on en dispose: les moustiques fuient les endroits frais et ventilés.