Lutte contre la prolifération des moustiques

Lutte contre la prolifération des moustiques

Dès 2020, la Ville de La Garenne-Colombes s'est engagée dans la lutte contre les moustiques. En 2021, le plan de prévention Moustiques a été actualisé et redéployé avec de nouveaux moyens de lutte.

 

Actions mises en place en 2020 :

- communication par la diffusion d’un tract avec des conseils aux Garennois afin d’éviter la prolifération du moustique tigre;

- mise en place d’une trentaine de pièges à moustiques permettant la réalisation d'une étude, préalable à la mise en place d'actions préventives,

-  implantation sous la forme de test de 5 bornes anti-moustiques qui aspirent les moustiques, notamment le moustique tigre.

 

Actions mises en place en 2021 :

- la communication par la diffusion d’un tract avec des conseils aux Garennois afin d’éviter la prolifération.

- la mise en place de nouveaux pièges dans le but d’une étude comparative année par année,

- une lutte vectorielle sur certains caniveaux,

- et la mise en place de bornes anti-moustiques .

L'ensemble des Garennois est aussi appelé à lutter contre les moustiques avec des actions individuelles simples que chacun peut mettre en place au niveau de son lieu d'habitation.

 

Actions mises en place en 2022 :

  • Etude et surveillance 36 sites : sur la densité du moustique via le réseau de pièges pondoirs : 5 groupes scolaires, 13 crèches, 14 squares et 4 bâtiments communaux.
  • Lutte éducative : diffusion et mise à disposition de flyers et d’affiches, information aux Garennois dans le bulletin municipal, sur le site internet et les réseaux sociaux.
  • Lutte physique : avec la mise en place des 5 bornes anti-moustiques et la mise à disposition de sable pour les usagers du cimetière.
  • Lutte biologique : avec le traitement bimensuel biologique anti larvaire sur l’ensemble de la VILLE des avaloirs, bouches d’égout et flaque et mares temporaires ainsi que les SITES SENSIBLES (5 groupes scolaires, 13 crèches, 14 squares) sur 5 mois de mai à septembre.

 

L'ensemble des Garennois est aussi appelé à lutter contre les moustiques avec des actions individuelles simples que chacun peut mettre en place au niveau de son lieu d'habitation.
Aussi, il est essentiel que l’ensemble des Garennois luttent contre les moustiques avec des actions mises en place au niveau de leur habitation.

Les gîtes de reproduction d’Aedes albopictus sont de micro dimension, toujours en milieu urbain ou périurbain, jamais en milieux naturels humides ouverts. Ce sont, soit des biotopes naturels tels que des creux d’arbres, soit des petites collections d’eau artificielles. Il convient donc d’éliminer ou à défaut de couvrir ou de traiter tous ces gites potentiels. Vous pouvez retrouver ces conseils détaillés à appliquer au sein de l’ensemble de votre résidence sur notre site : https://www.lagarennecolombes.fr/index.php/Soyez%20secs%20avec%20les%20moustiquesidpage=10158&idmetacontenu=11162&10265_=true

Le traitement de lutte anti vectorielle ciblé contre le moustique tigre (Aedes albopictus) sur une commune est effectué sur demande et par l’ARS. En effet, une enquête entomologique réalisée par leur opérateur public de démoustication, doit mettre en évidence la présence de moustiques tigres à proximité d’un cas de dengue, déclaré à l’ARS Ile-de-France, sur la commune.

Il s’agit d’une situation à l’origine d’un risque de dissémination de cette maladie par l’intermédiaire de ces moustiques. Le traitement ne se fait qu’à l’échelle de certaines rues. Je vous conseille aussi de signaler la présence du moustique tigre sur le site de l’ARS et particulièrement sur le lien suivant de l’Agence nationale sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail : https://signalement-moustique.anses.fr/signalement_albopictus/

 

 

 

Soyez secs avec les moustiques !

Les gîtes larvaires sont des eaux stagnantes où les moustiques pondent. D'avril à octobre, inspectez votre jardin ou votre terrasse de fond en comble pour supprimer, protéger ou traiter toutes les sources d’eaux stagnantes.

 

Voici l’ensemble des gestes à adopter pour passer des journées sereines :

  • Matériels de jardins, jouets, tout réceptacle extérieur susceptible de retenir de l’eau en cas de pluie ou d’arrosage

Pour supprimer ces gîtes potentiels pour le moustique tigre, mettez les objets à l’envers ou stockez-les à l’abri. Pour certains (poubelles de jardin, bacs, etc.), vous pouvez les percer afin de permettre à l’eau de s’écouler. Pensez à tendre vos bâches pour éviter la formation de poches d’eau. Attention aux pots entassés et stockés les uns dans les autres. Parmi les pots que l’on pense être troués, certains sont étanches et peuvent retenir l’eau de pluie, le moustique les trouvera. Vérifier ces objets une fois par semaine et systématiquement après chaque pluie.

 

  • Réserves d’eaux (cuves, bidons, réceptacles pour l’arrosage)

Couvrez les réserves d’eau avec une moustiquaire ou du tissu fin en veillant à ne laisser aucun trou (les moustiques ne doivent pas pouvoir accéder à l’eau). Vérifiez que le moustique ne puisse se faufiler pour atteindre l’eau et que le voile de protection ne trempe pas dans l’eau (si besoin, entourez le réservoir avec un élastique). La moustiquaire doit servir de filtre, à défaut, le moustique pourrait emprunter le même cheminement que l’eau pour atteindre le réceptacle.  À savoir : la plupart des réserves d’eau vendues dans le commerce ne sont pas hermétiques. La présence de couvercle ne suffit pas à empêcher le moustique d’y pénétrer (il est très petit).

 

  • Terrasses sur plots

En cas de stagnation d’eau sous les dalles de la terrasse, pompez l’eau à l’aide d’un aspirateur à eau ou traitez régulièrement l’eau à l’aide de produits anti-larvaires agréés (à défaut, vous pouvez utiliser du chlore ou étendre du sable ou des cailloux).

 

  • Soucoupes de pots de fleurs et vases

Mettez du sable humide dans la soucoupe autour de la base du pot ou dans le vase : la plante profitera de l’humidité sans que le moustique puisse se reproduire. Pensez à retourner les soucoupes et les vases non utilisés.

 

  • Gouttières, rigoles, regards d’évacuation

Nettoyez-les très régulièrement pour éviter les obstructions (terre, feuillage, etc.) et systématiquement après chaque pluie et après la chute des feuilles. Assurez-vous du bon écoulement des eaux.

 

  • Siphons de sol

Percez les siphons ou réalisez une encoche au centre lorsqu’ils sont reliés au réseau pluvial et qu’il n’y a pas de risque de remontées de mauvaises odeurs. Sinon, vous pouvez les purger régulièrement à l’aide d’un jet d’eau (1 fois par semaine entre mai et octobre) voire traiter régulièrement à l’aide de chlore.

 

  • Pieds de parasols

Videz régulièrement les colonnes des pieds de parasol qui se remplissent d’eau de pluie ou d’arrosage. Lorsqu’ils sont alourdis par l’eau, surveillez que les bouchons de protection du socle restent bien en place. À défaut, bouchez l’accès à l’eau avec du tissu ou une moustiquaire.

 

  • Piscines, fontaines

Entretenez-les régulièrement. Bâchez-les (mais évacuez l’eau retenue par les bâches) ou videz-les.

 

  • Bassin d’agrément

Entretenez-les régulièrement. Introduisez-y des poissons rouges, friands de larves.

 

Bon à savoir : Afin de lutter contre la prolifération du moustique-tigre, la Mairie a mis en place des pièges à moustiques-tigres en plusieurs points de la ville.

 

Publié le 23 août 2021

Le traitement de lutte anti vectorielle ciblé contre le moustique tigre (Aedes albopictus) sur une commune est effectué sur demande de l’ARS et par l’ARS.

Portail de signalement du moustique tigre :

https://signalement-moustique.anses.fr/signalement_albopictus/


A cet effet, une enquête entomologique réalisée par leur opérateur public de démoustication doit mettre en évidence la présence de moustiques tigres à proximité d’un cas de dengue, déclaré à l’ARS Ile-de-France, sur la commune. Il s’agit d’une situation à l’origine d’un risque de dissémination de cette maladie par l’intermédiaire de ces moustiques. Le traitement ne se fait qu’à l’échelle des rues concernées