Le patrimoine historique de La Garenne-Colombes

Partez à la découverte du patrimoine de La Garenne-Colombes ! Six panneaux historiques sont implantés dans les différents quartiers de la Ville pour mettre en valeur le patrimoine de La Garenne-Colombes.

La halle du marché du Centre

Construite en 1879, cette halle abrite le marché du Centre, le deuxième marché aux comestibles des Hauts-de-Seine. La construction de la halle est inspirée des travaux du célèbre architecte Gustave eiffel et des halles de type Baltard.


Église Saint-Urbain

Cet édifice était initialement une chapelle de secours bâtie avec les seuls deniers des habitants sur un terrain offert par les héritiers du banquier Pierre-Urbain Sartoris.

G_Eglise_Saint_Urbain.jpgLa première pierre est posée en 1866 et l’inauguration a lieu en 1875. En hommage à Urbain Sartoris, la chapelle est baptisée du prénom de celui-ci. Un ensemble de clercs et de laïcs dit « conseil de fabrique » est chargé d’administrer les fonds et revenus pour la construction et l’entretien d’une véritable église. En 1898, une souscription locale permet les premiers travaux d’agrandissement de la chapelle. La Garenne devient une paroisse en 1907 avec son église et son curé, le chanoine Vory. L’accroissement de la population conduit à des agrandissements et embellissements successifs : chœur et transept en 1934, vitraux du verrier d’art moderne Eric Bonte en 1987, réfection du toit, ravalement, éclairages intérieur et extérieur en 2008…

La Garenne-Colombes compte trois autres lieux de culte : une synagogue, rue Léon-Maurice-Nordmann, l'église Saint-André-Sainte-Hélène, rue Pasteur et le Temple protestant, 21 rue Médéric.

La Colonne

La Colonne est implantée en un lieu qui fût un rendez-vous traditionnel pour les chasseurs, à l’époque où La Garenne-Colombes n’était qu’un bois giboyeux.

M_La_Colonne.jpg La Colonne n’apparaît qu’à partir de 1886 sur les plans de la commune tracés par J.B.H. Lafolie.

Plusieurs hypothèses ont été émises sur son origine : on a longtemps cru que la Colonne avait été élevée en l’honneur du marquis de L’Aigle et du comte de Sartoris, fondateurs du village de la Garenne. Mais en réalité, elle semble avoir été érigée à l’occasion du morcellement du nouveau village de La Garenne en 1865.

La Colonne aurait également servi à partir de cette date de poteau indicateur sur le passage des diligences ou des postes au seul carrefour de la commune appelé autrefois « place de la Colonne ». La Colonne fait l’objet d’importants travaux en 1961. Les lanternes sont enlevées et replacées quarante ans plus tard.


Le Mastaba 1- La Garenne-Colombes

 

 

 

 

 

 
La ville a fait l’acquisition, en avril 2006, de la «maison-musée» de Jean Pierre Raynaud, l'un des artistes contemporains les plus renommés dans le monde. Ce bâtiment qui s’inspire des monuments funéraires de l’égypte antique a été conceptualisé en 1986 par Jean Pierre Raynaud et construit en 1987, avec l’architecte des monuments de france, Jean Dedieu.

Des travaux d’aménagement ont permis d’adapter ce lieu pour accueillir le public à l’occasion de lectures et conférences.

Le Mastaba a ouvert pour la première fois ses portes au public à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, les 19 et 20 septembre 2009. il ouvre désormais au public tous les week-ends et jours fériés (sauf le 25 décembre et le 1er janvier) de 14 à 18 heures.

Vidéo : Le Mastaba 1 par lagarennecolombes


Hôtel particulier

Cette Villa a été construite en 1899 par un rentier de Colombes, Gustave Aubry, sur un domaine ayant appartenu au marquis de L’Aigle et à la famille Sartoris.

M_Hotel_particulier.jpgL’édifice comprend alors des remises, des écuries, des dépendances, un jardin potager et d’agrément.

L’hôtel est vendu en 1926 à un couple originaire de Russie et demeurant à Paris : Lidje Khinsky et son époux Szlama Monoson, un riche négociant en fourrures. Le couple parcourt le monde entre Paris, Berlin et New York. En conséquence, la Villa est surtout utilisée comme résidence secondaire et demeure largement inoccupée jusqu’au milieu du vingtième siècle.

En 1949, la Ville de La Garenne-Colombes décide d’acquérir cet édifice pour y installer ses services de voirie-architecture et hygiène puis, au cœur d’un jardin désormais ouvert au public, sa Bibliothèque municipale transformée enfin en Annexe de la Médiathèque avec des salles de travail ouvertes 7 jours sur 7 aux collégiens, lycéens et étudiants garennois.